Chez Colette

Pause

 

 

fatiguee-raplapla-vite-des-solutions-douces

 

Petit coup de fatigue,

rien de grave,

juste oublier ce qui fait monter les larmes,

se recentrer sur l'essentiel,

essayer de pratiquer le détachement tout en restant à l'écoute !

A bientôt !

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - Commentaires [25] - Permalien [#]

Pour Lakévio

 

 

french maid pas un jour sans fessee

Cent pour sans...

 

Centième devoir, chers amis !

 

 

Saurez-vous raconter une petite historiette sur ce tableau coquin,

 

 

en cent mots exactement, pas un de plus, pas un de moins ?...

 

 

Conte et Comptage lundi !

 

Me voilà engagée,

soubrette chez le baron Machin.

 Madame dit que je serai parfaite.

 Elle a fourni ma tenue,

coiffe, bas, tablier, jupette

 mais, elle n’est pas à ma taille cette jupe Madame !

 Elle est parfaite mon petit, elle vous sied à ravir.

Mais madame, on voit ma culotte quand je me baisse !

 Et alors ? ne soyez donc pas si prude, n’en mettez pas, voilà tout ! 

 Monsieur est si mélancolique, il n’a plus goût à rien,

  il sera ravi de découvrir de nouvelles et belles choses croyez moi !

Oh mon Dieu, ou suis-je tombée ?

 

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [30] - Permalien [#]

Pour Lakévio

 

119082163

Harold Harvey

Les témoignages.

Trois personnages. Trois points de vue.

Synthèse, lundi !

 

Paul, mon mari, est sorti .....

réunion au club de bridge dont il fait partie.

C'est fou le nombre de réunions auxquelles il se doit d'assister !

Je ne suis pas dupe, une jolie Madelon doit bien l'occuper !

A vrai dire, je trouve à cette situation

de nombreux avantages !

Tandis qu'il court le guilledou, je peux laisser libre cours à ma passion !

peindre est un délicieux passe temps pour moi

et faire admirer mes oeuvres me comble de satisfaction !

Je fais partie de la chorale de l'église et

m'intéresse de près aux bonnes oeuvres de la paroisse.

Non par charité, mais j'ai trouvé là matière à exercer ma passion

et à me faire féliciter !

Je peins les affiches et les programmes !

Je viens de terminer une série pour la prochaine kermesse et j'ai invité

Paula et Lucienne, deux soeurs amies, pour leur

offrir la primeur de mes oeuvres.

Elles font leur petit effet sur Lucienne qui s'est levée pour mieux admirer !

Oh ma chère Gloria, vous vous êtes surpassée !

Quel talent !

combien je vous envie, si vous saviez !

Vous êtes douée comme il n'est pas permis,

vous auriez pu faire carrière et devenir célèbre, je vous assure !

Viens donc voir de près Paula !

ça y est !! Lucienne est à mes pieds,

elle mange dans ma main !

Mais tout ce qu'elle attend, c'est entrer dans mes bonnes grâces,

et pouvoir approcher Martin, mon frère !!

j'en suis tout à fait consciente !

Seulement voilà, Martin est intéressé par Paula ....

et comme je le lui ai dit,

là, ce n'est pas gagné ! coriace la petite ! c'est une vraie peste !

D'ailleurs, regardez là,

elle ne fait même pas l'effort de se tenir bien !

Quelle mauvaise éducation !

Elle ne cherche pas à se montrer intéressée,

l'ennui se lit sur son visage ....

Je suis certaine que mon frère serait bien malheureux avec elle,

je ne la ré-inviterai pas !

Mon Dieu que je m'ennuie ! quelle mauvaise après midi !

Cette pauvre Lucienne est pathétique !

et que je t'encense Gloria, et que je lui tapote l'épaule,

et que je m'extasie !

Non mais franchement, c'est insensé tant de flagornerie !

Parce que, très honnêtement, je n'irai pas jusqu'à dire que Gloria barbouille,

mais de là à parler de talent ......!

Faut il qu'elle en pince pour Martin pour se mettre dans de pareils états !!

En plus, elle fait tout ce cirque .... pour rien !

Je sais que Martin a des vues sur ma petite personne,

mais moi, il ne me plait pas,

je n'en veux pas !

et puis franchement, je vous le demande,

qui voudrait d'une belle soeur aussi prétentieuse que Gloria !!

Vivement qu'elles en terminent et que je retourne

auprès de Jean, mon amoureux !

mais chut ........, c'est encore un secret !

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
Tags :

Pour Lakévio

 

jean beraud at the telegraph 9

 Jean Béraud - At the telegraph

En lieu et place du devoir "La lettre"...

ENVOYEZ UN TELEGRAMME - STOP

 

Vous pouvez l'écrire seul ou l'inclure dans une histoire. A vous de décider.

 

 

 

 

PARIS 5 SEPTEMBRE 1889

A MR MME DURAND LYON 9

BIEN ARRIVES - STOP - APERCU TOUR EIFFEL - STOP -

CHARLES IMPATIENT DECOUVRIR PALAIS DES INDUSTIES - STOP -

ALLONS PRENDRE CHEMIN DE FER DECAUVILLE - STOP -

EMERVEILLEE - STOP -

PERDUE - STOP - BEAUCOUP DE MONDE - STOP -

BAISERS - STOP -

ADELAIDE

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [56] - Permalien [#]
Tags :

A table !

Il fait un froid quasi polaire !

moins 13° encore aujourd'hui et jusqu'à moins 18, 5° tout près de chez moi

mais nous avons la chance d'avoir un toit au dessus de nos têtes

et du chauffage, donc ne nous plaignons pas ...

Ce n'est pas le moment non plus

d'oublier de garnir les mangeoires à oiseaux sinon ça piaille dur !!

En voici quelques uns

dans les prunus devant la fenêtre de ma cuisine

 

02- février 2018 M1

 

02- février 2018 M2

 

02- février 2018 M3

 

02- février 2018 M4

 

LES OISEAUX PERDUS

 Le matin compte ses oiseaux

Et ne retrouve pas son compte.

 Il manque aujourd'hui trois moineaux,

Un pinson et quatre colombes.

 Ils ont volé si haut, la nuit,

Volé si haut, les étourdis,

Qu'à l'aube ils n'ont plus trouvé trace

De notre terre dans l'espace.

 Pourvu qu'une étoile filante

Les prenne sur sa queue brillante

Et les ramène ! Il fait si doux

Quand les oiseaux chantent pour nous.

 

 Maurice Carême

 

C'était le petit bonheur du jour !

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Pour Lakévio

 

 

2018-02-01 (2) cc

 "La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide"

Aragon en a fait tout un roman.

Et vous, saurez-vous en faire... toute une histoire ?...

 

Petite, trapue, les yeux globuleux,

Clotilde avait, ce que l'on appelle pudiquement, un physique ingrat.

Rarement conviée pour des dîners,

rarement invitée à danser dans les soirées,

sa jeunesse avait été bien triste.

Faute de soupirants, arrivée à la trentaine, elle avait accepté

un mariage de raison.

Veillant à ce qu'elle ne manque de rien, Raoul, son mari,

l'avait aimé à sa façon d'un amour raisonnable,

sans emportement ni égarements.

Clotilde s'en était contenté,

mettant tout ses espoirs dans son désir d'enfant.

 Longtemps ce bonheur lui fut refusé.

Infiniment triste, elle avait fini par se résigner.

Et puis, à l'aube de la quarantaine, elle devint maman !

Un fils qu'elle prénomma Aurélien,

Blond et bouclé, le teint rosé, il était beau comme un ange,

elle ne se rassasiait pas de le couvrir de baisers !

Aurélien eut une belle enfance

entre ses deux parents l'aimant profondément,

il devint un adolescent tranquille.

Un jour, cependant,

il lui fallut bien partir poursuivre ses études dans une grande ville.

Clotilde crut en mourir ...

Aurélien revenait pourtant souvent à la maison,

racontant avec plaisir sa vie là-bas !

Au bout de deux ans de ce régime,

Clotilde, qui rêvait secrétement de garder son fils près d'elle,

se mit en tête de marier Aurélien ...

Son choix se porta sur Bérénice, la fille de l'associé de Raoul,

une jeune fille sage, rangée

et sans métier !

Elle ne tarda pas à organiser une rencontre

autour d'un repas partagé .....

"La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide"

un visage taillé à la serpe, des membres lourds,

un chignon serré ....

mais une voix magnifique,

un sens de la répartie délicieux !

Clotilde surveilla discrètement les rencontres qui suivirent ...

Le sens de la répartie et la douceur de la voix

auraient ils suffi à conquérir Aurélien ?

Rien de moins sûr !

Mais un beau soir d'été, lors d'une balade dans le jardin,

à la faveur d'une chaleur torride,

Bérénice dénoua son chignon et laissa glisser son corsage sur ses épaules ...

Aurélien fut ébloui par l'éclat de sa somptueuse chevelure rousse,

par la couleur ambrée

et la douceur de sa peau dévoilée,

qu'il ne put s'empêcher de frôler ... qu'il ne put s'empêcher d'embrasser,

 Il succomba à la tentation !

Bien joué Clotilde,

mais prends garde à les laisser vivre en paix .....

 libres et  ........ indépendants !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]