Chez Colette

Pour Lakévio

 

 

Ce n'est pas ce que vous croyez

121235847

Détournement d'image

Un autre petit jeu : changez l'histoire. Non, elle n'a pas reconnu son mari ou son amant avec une autre. Saurez-vous donner un regard différent sur ce qui paraît évident ?

Scenari à lire, lundi ! 

Mike avait participé, comme des milliers d'autres GI,

au débarquement en Normandie

 le 6 juin 1944.

Il n'oubliera jamais "bloody Omaha" ...

la mer déchaînée,

les corps des copains qui tombaient,

les balles qui sifflaient,

la peur ... l'horreur .... le vacarme ..

Non il n'oubliera jamais.

Il réchappa au massacre, fut blessé

puis soigné dans une ferme de l'arrière pays

et ne rejoignit son unité que plus tard.

Comme bien d'autres, une fois rétabli, il remarqua la jeune fille de la famille,

la remarqua même si bien qu'il lui ouvrit les bras,

qu'elle s'y blottit et ........que ce qui devait arriver arriva !

Il repartit pourtant seul !

Quand il reçut la lettre lui annonçant qu'il allait être papa, il ne se déroba pas

et revint épouser sa belle !

Ils repartirent à trois pour les USA !

Plusieurs années plus tard, lors d'une de leurs visites "pélerinage" en France,

ils ont fait ma connaissance au musée mémorial d'Ohama

et m'ont persuadée de repartir avec eux !

je les aiderais pour de petites tâches du quotidien !

Complètement perdue au début,

je commence tout juste à m'habituer à la démesure des immeubles,

à la vie trépidante des américains,

à me repérer dans les rues de Los Angelès.

Aujourd'hui, malgré la pluie,

 je sors Billy pour sa balade quotidienne !

J'entends soudain des cris .. "oh my God, look at the cab !

.... Marylin !!!"

Je me retourne et, stupéfaite,

je reconnais Yves Montand, une blonde accrochée à son bras !

Ils ne semblent pas gênés par la pluie

et rient comme des enfants !

A peine les ai -je aperçus qu'ils s'engouffrent dans le taxi....

j'ai bien reconnu Montand, mais ....... Maryline ....

était ce bien la célèbre Maryline Monroe ?

Les rumeurs

seraient elles .... véridiques ?

 

 

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

Pour Lakévio

 /.../ Ma petite maîtresse m'aimait beaucoup ; elle me soignait, me caressait. Quand il faisait mauvais et que nous ne pouvions pas sortir, elle venait me voir dans mon écurie ; elle m'apportait du pain, de l'herbe fraîche, des feuilles de salade, des carottes; elle restait avec moi longtemps, bien longtemps; elle me parlait, croyant que je ne la comprenais pas; elle me contait ses petits chagrins, quelquefois elle pleurait. /.../

 Voici un court texte de quelques lignes. (Vous aurez reconnu Les Mémoires d'un Ane de notre chère Comtesse de Ségur). Le jeu sera d'en doubler le volume à l'aide d'adjectifs, d'adverbes et de propositions relatives ou subjonctives (qui, que, quoi, dont, où, lequel, duquel, avec laquelle, parce que, pour que, depuis que, pendant que, etc...) Rappelez-vous vos cours de grammaire ! Ben, quoi ? C'est la classe, ici !)

Exemple :

1) Un lapin bondissait sur le chemin quand le renard l'aperçut...

2) Un joli lapin roux bondissait sur le chemin, libre et allègre parce qu'il venait de se sauver du clapier de la ferme, quand, par un hasard malencontreux, le renard, qui cherchait depuis longtemps de quoi se mettre sous la dent, de ses yeux perçants l'aperçut...

Lecture des textes gonflés à bloc, lundi.

 

121245858

Ma gentille  petite maîtresse qui allait avoir dix ans le mois prochain m'aimait beaucoup. 

C'était elle qui me soignait,

me caressait doucement, longuement, sans impatience.

Ses petites mains maniaient la brosse légèrement

rendant mon poil rude presque soyeux.

Mes longues oreilles grises s'agitaient dès que le son

 de ses petits pas sautillants sur l'allée de gravier me parvenait !

Elle, dont la voix charmante me faisait frémir de bonheur.

Rares étaient les jours

où elle ne venait pas jusqu'à l'écurie.

Si le temps se montrait clément, elle me détachait

et, d'un pas posé, me faisait faire tranquillement le tour du domaine.

C'était un chemin dont je connaissais chaque pierre, pourtant elle ne cessait

de me mettre en garde en maîtresse attentive qu'elle était !

"Sois prudent Cadichon, cette grosse pierre pointue risque de te blesser,

fais un pas de côté afin de l'éviter,

ce sera beaucoup mieux pour toi ne crois tu pas ?

Sa voix chantait à mes oreilles, pouvait on imaginer meilleure maîtresse ?

évidemment non !!

Quand il faisait mauvais, que ce soit

parce que la pluie cinglait la campagne ou parce que la neige était tombée dans la nuit,

 et que nous ne pouvions pas sortir,

elle venait me voir dans mon écurie ; elle m'apportait

du pain, de l'herbe fraîche, des feuilles de salade, des carottes;

elle restait avec moi longtemps, bien longtemps;

 " Voilà, voilà mon tendre ami !

tu devais imaginer que je ne viendrais pas avec ce mauvais temps !

Mais non, tu m'es bien trop précieux !"

Son discours attendrissant

me faisait braire de joie, ce qui la faisait rire aux éclats !

 elle me parlait, croyant que je ne la comprenais pas;

elle me contait ses petits chagrins, quelquefois elle pleurait. /.../

J'aurais tant voulu, alors, pouvoir parler, lui dire

"ma fidèle maîtresse,

quiconque osera te faire du mal aura à faire à moi !

une bonne ruade bien placée et hop, bon débarras les méchants !

ils n'y reviendront pas de sitôt !"

Lorsqu'elle me quittait, ma maîtresse ne manquait jamais

de poser un affectueux baiser entre mes deux oreilles,

"Au revoir Cadichon,

à demain mon paisible ami !"

 je posais alors ma tête sur son épaule,me sentant le plus heureux des ânes

et tout à fait certain

de ne pas mériter l'expression si souvent rattachée à mon nom,

- bête comme un âne -

Si seulement "ils" savaient .......

 

Posté par colettemoi à 00:00 - Commentaires [21] - Permalien [#]

Pour Lakévio

 

L'ouvreuse

 J'ai connu le temps des ouvreuses de cinéma. Celles qui déchiraient le billet à l'entrée, parfois même vous plaçait comme au théâtre si vous arriviez en retard à l'aide de leur petite lampe de poche. En ce temps-là, il y avait une première partie avec un court-métrage, puis les "actualités". Ensuite, l'entracte  pendant lequel on visionnait des publicités. Certaines vous incitaient à aller vivement auprès d'une ouvreuse ou à l'intepeller pour qu'elle vienne près de votre place. Munie d'une corbeille rectangulaire en osier suspendue à son cou, elle vendait les fameux bonbons Krem*, les caramels Dupont d'Isign*, les esquimaux Gerva**, etc... Enfin venait le film. L'obscurité se rétablissait et l'ouvreuse disparaissait...

121201130

Edward Hopper - New York Movie - 1939

 

Celle de Hopper, dans sa tenue bleue électrique, semble attendre le client - rare - qui va descendre dans la salle obscure. La première partie est déjà commencée...

La caméra s'approche : Gros plan sur l'ouvreuse !

Je viens de commencer ma deuxième journée de travail,

il faut bien mettre du beurre dans les épinards ...

Après mes heures de femmes de ménage,

me voilà ouvreuse de cinéma !

oh je ne me plains pas,

je ne me fatigue pas vraiment et, moi qui ne pouvais jamais m'offrir le cinéma,

 je suis heureuse de pouvoir voir des films gratuitement !

Mr B. et ses grosses lunettes aux verres comme des loupes

est déjà installé, pile au centre d'une rangée,

il n'a pas oublié de me signaler

" vous savez bien ma petite, il faut que je choisisse ma place,

ni trop près de l'écran sinon l'image me saute à la figure,

ni trop loin sinon l'image est brouillée".

Je l'ai rassuré en lui disant qu'il pouvait prendre tout son temps, qu'il était le premier.

Son grand sourire satisfait a été ma récompense !

 Une petite dame frisottée a suivi,

une habituée elle aussi,

elle ne cesse de se retourner sur son siège durant toute la séance ..

au début je pensais qu'elle attendait quelqu'un et puis non,

chaque fois c'est la même chose, ce doit être un tic !

Le couple suivant m'a beaucoup amusée,

lui, droit comme un I, l'air sombre

elle, toute guillerette et tout sourires me gratifiant d'un clin d'oeil et m'assurant

"j'espère que ce sera un bon film !"

je ne sais pourquoi je me demande si ce monsieur a la conscience bien tranquille !

Et voilà ma fidèle émotive !!

je ne saurais lui donner un âge mais le moins que je puisse dire

c'est qu'elle vit ses émotions pleinement !!

Un film sentimental, la voici qui renifle et se mouche bruyamment

un film comique, la voici qui s'étrangle de rire,

s'attirant, de la part des autres spectateurs ,des "chuuut" énervés 

dont qu'elle n'a que faire !

Et puis là, dans le noir,

je viens d'installer un petit couple de jeunes amoureux ! je les ai guidés

tout au fond, dans la dernière rangée, contre le mur,

me doutant bien qu'ils n'auront ni le temps ni l'envie de regarder le film !

Bon, ce n'est pas tout ça, mais bientôt l'entracte,

il me faut remplir mon panier,

puis offrir, en même temps que mon plus beau sourire,

- Bonbons caramels, esquimaux, chocolat ..-

 

Posté par colettemoi à 00:58 - Commentaires [28] - Permalien [#]

Pour Lakévio

 

 

C'est décidé ! Vous voulez déménager. Vous êtes prêts à vendre votre maison, celle de vos parents. Enfin, non, vous voulez vendre CELLE CI

Rédigez une annonce originale at alléchante pour les futurs acquéreurs...

 

Le journal ne fait pas payer au nombre de mots, lâchez-vous !

 

La petite annonce paraîtra lundi !

OU BIEN

(Proposition colérique de dernière minute)

à l'initiative de notre Président

 Pour survivre, vous devez traverser la rue

afin de trouver un travail dans un café ou un restaurant.

Ecrivez le plaidoyer que vous servirez à l'employeur pour vendre vos services...

 

  Lundi, on enverra le courrier à qui de droit.

 

121200031

Saint Saulge (Nièvre)

La quarantaine, généreuse, coquette et pimpante,

Aimant tout autant les solitaires et le calme

que les joyeuses rencontres de famille,

adorant les nouvelles rencontres,

les soirées d'été au jardin,

prête à s'investir dans une belle relation

recherche amoureux de la vie.

Pas sérieux s'abstenir.

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

Pour Lakévio

 

121135171

Voici le tableau à trois personnages.

Vous devez entrer dans les pensées de chacune d'elles

et nous les faire connaître, évidemment !

 

Madame Irma sera là... lundi !

 

Maman vient de nous annoncer

"Ah, les triplettes,

dans un mois nous célèbrerons les noces d'or de mes parents,

de vos grands parents donc !

Commencez à y penser et à vous organiser,

j'aimerais tant que ce soit une belle fête de famille ...."

Nous filons toutes les trois au jardin,

Alice se jette à plat ventre sur la pelouse

"Non mais franchement, il ne manquait plus que ça !

mais quel ennui ce sera !

Des heures de repas beaucoup trop copieux,

des discours à n'en plus finir tous

plus élogieux les uns que les autres évidemment,

des chansons d'époque reprises en choeur,

honte à celui ou celle qui ne suit pas,

des photos de groupe,

des fêtés avec leurs enfants, puis avec leurs petits enfants,

puis avec les oncles et les tantes, puis avec ..... pff la liste est longue !

des réponses à donner -avec le sourire de préférence-

-qu'est ce que tu deviens ma petite Alice, parle moi un peu de toi-

J'aime bien mes grands prents, mais là, quel pensum !

Et puis maman, toujours à nous affubler de ce surnom ridicule !

Qu'en penses tu Noémie ?

Noémie est venue s'allonger et poser sa tête sur le dos d'Alice.

"Oh moi, je me demande surtout

ce que je vais porter pour l'occasion !

un vrai casse tête !

habillé, ce sera quand même une grande fête,

mais pas trop pour ne pas faire fuir tous les jeunes cousins !

enfin, les jeunes cousins ne m'intéressent pas trop,

mais il me tarde

de découvrir notre nouveau voisin invité pour la circonstance !

il rentre des Iles Marquises, j'ai hâte de lui parler !

Le reste, je ferai avec !"

Et toi Mélanie ?

"Et bien moi, je trouve que c'est super !

C'est une grande chance d'avoir encore Papé et Mamé !

Ils ont beaucoup à nous apprendre

si l'on veut bien se donner la peine de les écouter,

j'apprécie leur sagesse et l'amour inconditionnel qu'ils nous portent.

Je suis heureuse de leur rendre visite de temps en temps,

ils sont alors si contents

de me raconter leurs petits secrets,

de se plaindre un peu,

c'est qu'ils ont si peur d'"embarasser" les leurs !

Il me semble qu'à me parler, ils se sentent tout à coup plus vivants.

J'adore aussi le regard 

que chacun pose sur l'autre, bienveillant, rassurant, un brin maliçieux.

Tant d'années passées ensemble,

pour le meilleur mais aussi pour le pire,

moi, cette idée de fête me plait vraiment beaucoup !

 

Le silence s'installe sur la pelouse,

la fête sera-t-elle belle ?

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

Encore un peu .....

 

"Voici mai, ce beau mois

qui réjouit tous les coeurs,

fait fleurir les arbres.

Voici mai aux belles fleurs !"

                                                       Chanson populaire toscane

 

J'étais près de la grande bleue

en mai et juin et,

Si les fleurs et les couleurs de LGM m'enchantaient,

 

06- juin 20181

 

celles de mon jardin dans mes petites montagnes me manquaient ....

éternelle insatisfaite ....

mais grâce aux photos de GFC,

j'ai pu suivre l'évolution du printemps dans mes petites montagnes !

Merci à elle !

 

05-mai 20181

 

Encore des fleurs direz vous !

il fallait bien,

elles font partie intégrante de mes petits bonheurs du jour !

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,