Chez Colette

Pour Lakévio

117687194

Le bonheur derrière les murs ?...

On le saura lundi !

 

Suzanne et Paul

"Les amoureux", qui ne les connait pas dans le village !

certainement tous les nouveaux arrivés dans les lotissements qui ont

poussé comme des champignons autour du vieux village!

Pour tous les anciens, ils font partie des lieux !

Je les ai connus jeunes actifs, grands travailleurs, ne rechignant pas à la tâche

même si elle était fatigante et rude comme

l'exigeaient certains métiers il y a plusieurs dizaines d'année .

Ils ont atteint l'âge respectable de 92 et 90 ans !

Lui encore droit comme seul un I peut l'être,

la casquette vissée sur le crâne,

le bourgeron bleu l'été, la parka noire l'hiver,

un éternel sourire aux lèvres,

toujours prêt à tailler la bavette avec qui passe près de son jardin !

Parce que oui, il cultive encore un grand potager,

taille ses haies, s'occupe de ses poules et de ses lapins ....

des quantités de fleurs qui poussent là !

il sème, plante, entretient, cueille, ramasse

tout en affirmant

"oh j'en fais pas comme avant !

les fleurs c'est surtout pour Suzanne parce que moi .....!"

ce qui ne manque pas de m'amuser lorsque je l'entends décréter ça d'un air entendu !

Elle, bien fatiguée par le poids des ans,

quasiment pliée en deux, des ennuis cardiaques et d'autres encore ...

râleuse comme pas deux !

Elle qui met son lit à la fenêtre presque tous les jours

et me dit lorsque je la gronde gentiment

"mais qu'est ce que tu veux, elles sont bien gentilles toutes ces petites aides ménagères,

mais elles savent pas faire !"

Elle qui s'active en cuisine, et qui,

à la fraîche en été,

la canne anglaise d'une main, le tuyau d'arrosage de l'autre,

douche ses fleurs et déclare à qui veut l'entendre

"le jour où je pourrais plus m'occuper de mes fleurs,

c'est que ça ira vraiment mal et que la fin sera pas loin"...

Jamais très éloignés l'un de l'autre,

elle ne rate pourtant pas une occasion d'appeler

"Paul, viens voir là" en assurant "il est sourd comme un pot!"

et Paul arrive, en rouspétant certes, mais il arrive

et glisse discrètement .............. l'oeil brillant de malice

"j'entends ce que je veux entendre,

des fois ça m'arrange bien d'être sourd comme un pot !"

Rosiers grimpants, tulipes, aubriettes, pivoines, glaïeuls, dalhias, crocus,

capucines, houx et tant d'autres

illuminent leur jardin, les façades et leur courette !

Ils habitent tout près de ma maison et vous l'aurez compris,

je les admire et les aime bien mes vieux voisins !

Je crois que si le bonheur est dans le jardin, les fleurs, les couleurs,

il peut aussi habiter la maison !

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [58] - Permalien [#]
Tags :

Pour Lakévio

117674958

1) Commencez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail." (emprunt à Simone, jeune fille rangée.)

 

2) Terminez impérativement votre texte par la phrase suivante : "Je vais laisser pousser ma moustache, décida-t-il" (emprunt à Jean-Paul, celui qui écrit sur le mur.)

"Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908

dans une chambre aux meubles laqués de blanc qui donnait sur le boulevard Raspail"

 C'était là, juste en face de l' appartement de mes grands parents !

je me souviens ....

Papa parcourait la France entière pour placer ses produits de quincaillerie,

maman l'attendait, elle s'était installée chez ses parents,

cela évitait qu'elle reste seule et ça faisait un loyer de moins à payer,

nous n'étions pas riches !

Papa la rejoignait entre deux voyages.

J'ai eu la bonne idée de pointer mon nez lors d'une fin de semaine où il était là !

juste la rue à traverser !

Mes grands parents décédés, maman a hérité de leur appartement,

j'ai grandi là, petite fille unique, choyée,

je ne suis partie que lorsque je me suis mariée ....

Mes parents décédés, j'ai à mon tour hérité de cet appartement.

Nous voilà donc revenus avec Emile mon mari,

rien n'a vraiment changé !

je me souviens ...

Emile, amusé par cette nouvelle ville à découvrir et

cette nouvelle vie à venir est enthousiaste !

 Nous y coulons des jours heureux !

Hier soir j'attendais mon mari pour lui annoncer .....

"Jeanne ma chérie, où es tu passée ?

ah tu étais là, mais que fais tu à moitié dévêtue devant cette fenêtre ??

J'ai fait un grand ménage, je me changeais, mais je ne peux

m'empêcher de regarder l'hôpital en face ...

Pierre, j'ai découvert ....

Quoi donc ma chérie, tu m'inquiètes,

nous avons acheté cet appartement il y a si peu !

Tout au fond d'un grand placard, des photos, un cahier journal !

Fais voir !

Non, j'ai arrêté de lire,

 je crois que nous n'avons pas le droit de jouer les indiscrets, cela me gêne ...

Au moins les photos !

Si tu veux !

ah mais c'était une famille de moustachus !!

Dans un grand éclat de rire Pierre, triomphant, me lance alors ..

plus qu'une chose à faire c'est évident, une grande décison s'impose !

"je vais laisser pousser ma moustache décida-t-il !"

 

Absente en début de semaine, je ne vous lirai que mercredi !

 

 

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
Tags :

Pour Lakévio

 

 Moses Soyer - Three girls - 1955

 

Moses Soyer - Three girls - 1950

Qui sont elles ?

Pour tout vous dire, j'avais décidé d'en faire trois copines

arrivant à la fin de leurs cursus lycéen

et se posant toutes les questions existentielles et essentielles

trottant dans la tête à cet âge là ...

J'avais décidé qu'il y aurait une aventurière,

une rêveuse et une pragmatique ...

mais c'était sans compter sur la petite voix insidieuse

- vous savez celle du petit diablotin perché sur votre épaule -

qui, depuis que j'avais découvert le tableau du devoir hebdomadaire,

me murmurait à l'oreille ...

"les trois Graces ...

l'occasion est trop belle .... "les trois Grâces"...

Cette petite voix menaçait de

me faire tourner en bourrique dès que je m'approchais du clavier

aussi je vais laisser les trois étudiantes

échafauder toutes les hypothèses

leur souhaiter bonne chance

et leur rappeler ce qu'un célèbre basketteur déclarait

"Je peux accepter l'échec, tout le monde échoue un jour. Mais

je n'accepte pas de ne pas essayer."

Finalement mon entrée en matière est un peu longue, aussi

je vais simplement vous dire que

le tableau du jour m'a immédiatement fait penser à

la fontaine des trois Grâces

située sur la place de la Comédie à Montpellier !

- En 1770 la décision d'élever une fontaine sur la place de la canourgue

afin d'amener l'eau à l'intérieur de la ville

depuis le Peyrou et l'aqueduc était prise.

Le sculpteur D'Antoine fut chargé de l'exécuter.

En l'an V la fontaine des Trois Grâces fut installée sur la place.

Le groupe sculptural au centre de la fontaine représente trois déesses.

Elles symbolisent la séduction, la beauté, la nature, la créativité humaine et la fécondité.

 Euphrosyne incarne la joie extrême, l'allégresse

Thalie incarne l'abondance

et Aglaé incarne la splendeur. -

(Sources du Net)

very_large_12024_241000_les-3-graces

photo du net

J'espère que Lakévio saura être indulgente

et vous aussi les copinautes !!

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [47] - Permalien [#]
Tags :

En rose et noir ....

 

Les fidèles représentants de la Camargue !

Ceux que nous retrouvons chaque année avec le même bonheur !

Ils sont magnifiquement colorés cette année !

 

2017_10_19__1_

2017_10_19__6_

 

ça soufflait fort près de l'Espiguette ce jour là !

2017_10_19__2_

 

N'oublions pas les cormorans que l'on voit d'ordinaire

perchés sur les piquets !

2017_10_19__7_

Je ne résiste pas à l'envie

de rajouter ce petit poème de Maurice Carême ...

Une patte repliée

Sous leurs plumes qui se figent,

Les hauts flamants rassemblés

S’efforcent de ressembler

A des roses sur leur tige.

Vit-on jamais dans le vent

Rosier plus vibrant de roses

Que ce bouquet de flamants roses,

Ce bouquet que le lac pose

Au pied du soleil levant ?

Et, quand le bouquet s’effeuille,

Qui peut encore distinguer,

De ce nuage rosé

Que la brise cueille,

Le flamant rose envolé.

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [36] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Pour Lakévio

 

117375690

Francis Coates-Jones

 Jeu des Papous N°2

A partir du tableau proposé, écrire un texte  en prose ou un poème en plaçant judicieusement les huit mots de la liste suivante que vous mettrez en gras dans votre texte.

dictionnaire

pianiste

hortensia

bouée

affreux

mordant

pénible

éclairer

Il n'est pas permis de changer l'orthographe des mots. Impossible donc de les accorder ou de conjuguer les verbes.

Assise dans la véranda,

j'attends maman tout en effeuillant une fleur.

"juste une minute" m'a-t-elle dit !

Je t'aime un peu, beaucoup,..... bien sûr maman m'aime beaucoup !

Ah la voilà qui arrive !

"Allez ma petite chérie, en route pour la jardinerie,

je veux acheter un hydrangéa pour égayer le coin vide du jardin,

tu sais juste à côté des lavandes"

- un hydran.... quoi ?? -

"un hydrangéa Camille, un hortensia si tu préfères,

des annabelles plus précisèment !

Tu rechercheras dans ton dictionnaire quand nous serons de retour !

Je suis certaine que leurs grosses têtes blanches

feront merveille à cet endroit

que je trouve affreux !

Certes ce sera pénible de préparer la terre,

mais quel bonheur sera le mien l'année prochaine !

ils vont éclairer superbement le jardin !

la semaine prochaine, nous fêterons Sainte Catherine et le proverbe dit

<< A la Sainte Catherine tout bois prend racine >>

c'est donc le moment parfait !

Ah ma petite Camille, si tu savais combien j'aime mon jardin,

combien ses couleurs me ravissent,

combien j'y puise de réconfort,

il est une véritable bouée de sauvetage pour moi !

mais bon, tu ne peux pas comprendre, du moins pas encore !"

Pour sûr !!

pour moi une bouée sert ........ à nager à la mer !

" Pressons nous, il faut revenir à temps pour me préparer

pour le concert d'Hélène Grimaud ce soir !

tu sais la célèbre pianiste qui joue avec les loups !"

Non, je ne sais pas,

mais je ne vais pas contrarier maman ...

et être obligée de rechercher dans le dictionnaire !

D'ailleurs elle enchaîne,

" Ton papa a réservé les places et je suis heureuse de l'accompagner,

J'espère juste qu'à la sortie le froid mordant

de ces soirs de novembre ne sera pas trop désagréable !

Ah voilà, nous y sommes !"

Maman est enchantée, alors moi aussi,

elle m'aime ... un peu, beaucoup ..

 

 

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [44] - Permalien [#]
Tags :

Ici

 

Toujours près de la grande bleue !

Octobre et l'automne sont là,

le soleil est toujours bien présent, le vent aussi !

ce n'est plus le "rush" des vacanciers,

tout est plus apaisé,

et j'apprécie !

 

2017 LGM 1

La mer

La mer brille

Comme une coquille

On a envie de la pêcher

La mer est verte

La mer est grise

Elle est d’azur

Elle est d’argent et de dentelle

Paul FORT

Posté par colettemoi à 00:00 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags : , , ,